Une majorité de Français favorable au droit de vote des étrangers

Hier soir encore, j’entendais Marine Le Pen brandir le vote des étrangers telle une menace. Mais qui sont ces « étrangers » concernés par la proposition du PS?

Si je suis espagnole, allemande ou bulgare et que j’habite en France depuis quelques mois, j’ai le droit de voter aux élections locales françaises, ou pour une liste française aux élections européennes. Je ne suis pas française, mais je ne suis pas non plus « étrangère ». J’ai déjà le droit de vote et je ne suis pas concernée par ce « droit de vote des étrangers ».

 En revanche, je peux avoir grandi en France mais n’avoir aucun droit citoyen, juste parce que je suis née quelque part au Sud de la Méditerranée. Je parle français, je travaille en France et mes enfants vont à l’école de la République française, mais je n’ai même pas mon mot à dire sur la politique locale, qui touche pourtant mon quotidien.

En fait, le concept même d’étranger est très subjectif. Parisienne en Bretagne, ne suis-je pas un peu étrangère? La notion d’étranger, voire de nationalité, doit céder la place au principe de résidence et de citoyenneté locale.

C’est aussi l’avis de 61% des français, qui sont favorables au droit de vote des étrangers non européens aux élections locales, selon un sondage BVA* paru fin novembre 2011 dans Le Parisien. En effet, à la question seriez-vous pour « étendre » le droit de vote aux élections locales aux étrangers venus de pays non membre de l’UE, « en situation régulière et résidant en France depuis plus de 5 ans » (comme en Belgique), 61% des personnes interrogées répondent par l’affirmative. Ce chiffre monte à 75% chez les jeunes, 72% pour les cadres et 60% pour les ouvriers. Qui y est hostile? 56% des sympathisants de l’UMP et 61% des sympathisants du FN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *