Réflexion sur les écoles européennes

DSC_0358Dès 1953, les écoles européennes ont fait l’expérience d’éduquer dans un environnement multiculturel des enfants de diverses nationalités et de leur enseigner un programme d’études commun. Ouvertes sur les autres et sur le monde, ces écoles avaient vocation à offrir un enseignement dans toutes les langues de l’UE pour les enfants des fonctionnaires des institutions européennes comme pour ceux des pays d’accueil. On trouve des écoles européennes dans sept pays de l’Union (Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Italie, Royaume-Uni, Espagne et Luxembourg).

Aujourd’hui, Bruxelles connaît un boom démographique tel que le nombre d’enfants dans le système primaire a augmenté de plus de 13% en 6 ans. Le nombre d’écoles n’ayant pas crû en conséquence, la surpopulation est réelle, y compris dans plusieurs écoles européennes. Les conséquences sont importantes. Les enfants dont les parents ne sont pas employés par les institutions européennes n’y sont plus acceptés. Quant à ceux qui ont la chance d’y faire leur scolarité, ils doivent subir des classes plus chargées et évoluer dans une absence de mixité sociale qui nuit profondément à leur intégration dans la société belge.

A l’occasion de la visite de madame la Sénatrice Hélène CONWAY, nous avons pu avoir une discussion avec le Directeur de l’École européenne Bruxelles II à Woluwe.

Il faut envisager toutes les solutions, mais la coordination est complexe en raison de la multiplicité des acteurs : Régie des bâtiments, Fédération Wallonie-Bruxelles ou Communauté flamande, Conseil supérieur des écoles européennes…

Une approche globale serait dans l’intérêt général, mais semble difficile à atteindre. Par exemple, il serait possible d’envisager des école de type II, organisées dans le cadre du système scolaire local mais satisfaisant à certains critères européens. Une réflexion sur l’offre éducative en Belgique sera menée dans le cadre du Conseil consulaire.Les écoles européennes, tout comme les lycées français et les établissements belges feront partie des sujets abordés; nous ne manquerons pas de vous tenir au courant de l’évolution de ce dossier.

Sylvain Lhermitte
Conseiller Consulaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *